Rechercher
  • judith veil

"Notre vie chez les riches" des Pinçon-Charlot

Quelle joie d’apprendre que les mémoires des Pinçon-Charlot venaient d’être publiées cet été ! D’abord parce que ce couple de sociologues, proche de Pierre Bourdieu, détonne dans la littérature sociologique, par son sujet (la bourgeoisie) et pas son approche (marxiste). Ensuite, parce que leur « Sociologie de la bourgeoisie » a marqué, parmi d'autres ouvrages, mes études de sociologie. Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, en reprenant les concepts de domination et de violence symboliques de Bourdieu, décrivent comment la bourgeoisie est une classe sociale très mobilisée pour défendre ses intérêts : rallyes, clubs sélectifs, militantisme… Ils montrent clairement et simplement comment les manières d’être et de faire des membres de cette classe, acquises dès l’enfance par une éducation très contraignante, mais agréable, (loisirs, écoles privées…), leur permet de prétendre à une position dominante… légitime (ils sont mieux que les autres) et sans éprouver de culpabilité (ils se rendent service entre eux).

Avec des anecdotes amusantes sur les dessous de leurs enquêtes « chez les riches », ils racontent l’œuvre passionnante d'une vie dont la volonté « n’a jamais été de stigmatiser les individus, mais d’analyser de la façon la plus incarnée possible les modes de fonctionnement d’une classe sociale profondément mobilisée dans ses stratégies d’enrichissement et de pouvoir afin de conserver ses privilèges sans ruissellement pour les autres. »

J’avais déjà lu « Les guettos du gotha », « Tentative d’évasion fiscale » et « Le président des riches. Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy ». Je viens de m’offrir « La violence des riches » et « Le président des ultra-riches. Chronique du mépris de classe dans la politique d’Emmanuel Macron ».



7 vues0 commentaire