Rechercher
  • judith veil

"Le Détour" de Luce d'Eramo

Dernière mise à jour : 12 août 2021

En 1944, à 17 ans, la fille d’un dignitaire italien et elle-même membre des jeunesses fascistes, s’enfuit de chez elle pour s’engager comme ouvrière volontaire dans un camp de travail allemand « pour aller vérifier si les rumeurs sont vraies » ! Rapatriée de force en Italie après quelques mois, elle réussit à s’enfuir et se mêle à un groupe de prisonniers en route vers Dachau.

Lire « Le Détour », c’est rencontrer cette personnalité indépendante, spontanée, généreuse et forte qu’est Lucette Mangione, alias Luce d’Eramo, qui fait revivre ses amis dans et hors et les camps, qui brandit ses faiblesses et se moque de ses ruses, qui dénonce l’éternelle sélection sociale qui s’opère dans toute les sociétés humaines, seulement exacerbée dans les camps.

Lucette Mangione est née en France en 1925 de parents italiens. A l’école, elle est une « Macaroni » jusqu’à son arrivée en Italie à 14 ans où elle devient la « Francesina ». Ce statut d’étrangère et la rigueur conventionnelle de sa mère, qu’elle décrit avec un humour amer, font partie des raisons qu’elle invoque pour expliquer l’incroyable détour que prend son destin de jeune fasciste.

Redécouvert grâce à Goliarda Sapienza (« L’art de la joie ») qui la cite élogieusement dans ses carnets récemment publiés, « Le Détour » de Luce d’Eramo vient d’être réédité en France.








#LuceDeramo #autobiographies #arianebiographies
















5 vues0 commentaire