Rechercher
  • judith veil

« Je suis vivant et vous êtes morts » de Emmanuel Carrère sur Philip K. Dick

Pour les moins renseignés, Philip K. Dick est l’auteur de romans de science fiction adaptés au cinéma : Minority report, Total recall, Blade runner, A scanner darkly, Le Maître du Haut-Château… C’est lui !

Pour ceux qui ont lu ses livres, il est l’inventeur de sociétés totalitaires d’autant plus effrayantes que leurs citoyens se croient libres, celui qui vous fait douter de la réalité, le grand manitou des paradoxes.

La Drogue et la Religion, présentent dans certaines de ses œuvres, conduisent tantôt à la révélation, tantôt à l’aliénation. Le plus souvent les deux.

Enfin, pour ceux qui ont aimé ses livres et n’ont pas encore lu sa biographie par Emmanuel Carrère : vous avez de la chance ! Il a mené l’enquête auprès de tous ceux qui ont approché de près ou de loin ce fou génial (un cliché qui, exceptionnellement, n’en est pas un pour décrire cet écrivain dont les délires paranoïaques furent perçus après coup comme des prémonitions, et sont encore aujourd’hui vénérés par de nombreux fans).

Se réveiller dans la tête d’un autre, que la réalité prenne la forme des fantasmes d’un fou, être pris pour un fou alors qu’on ne l’est pas, un livre écrit en suivant les instructions du Yi King (Le maitre du haut château)… Philip K. Dick est obsédé par l’idée qu’un secret se cache derrière le visible, « il n’imaginait pas que la vie, peu à peu, l’enseignât, mais qu’il appartenait à l’intellect de le conquérir par un coup de force. » Certains, peut-être se reconnaitront :)

Emmanuel Carrère est entré dans la vie intime de cet auteur tourmenté, devinant jusqu’à ses pensées, chemine dans l’esprit tortueux de ce philosophe du réel et nous dépeint le roman de sa grandeur et de sa décadence.



7 vues0 commentaire